La SAUVAL pour une réduction drastique des déchets Retour
28 novembre 2009

Pour la 4ème année consécutive, nous avons droit à la rituelle « semaine de réduction des déchets », cette fois avec l'étiquette « Européenne ».

Cette initiative a le mérite d'exister, mais elle ne concerne que le grand public alors que les ménages produisent moins de 4% de l'ensemble des déchets. (Agriculture 43%, BTP 41%, autres entreprises 11%...).

Après le Grenelle de l'environnement, on pouvait espérer de plus grandes ambitions!

Si l'on veut réellement réduire les déchets, il faut changer totalement nos façons de faire.

Que penser par exemple de l'effet de la « prime à la casse » sur la production de déchets automobiles? Certes la construction automobile y trouve un bol d'air,mais elle se dédouane complètement de ce que deviennent les voitures de plus de 10 ans dont une grande partie peut pourtant être réutilisable! Pourquoi prôner la réutilisation dans le cadre de la campagne actuelle tout en jetant à la poubelle des milliers de voitures.?
Pourquoi ne pas instituer une taxe à l'achat, comme pour l'élecroménager pour prévoir le retour en fin de vie et le recyclage de nos véhicules? Ce serait aussi efficace en matière de création d'emplois...

Tant qu'on ne prendra pas de mesures drastiques pour éviter, puis pour réduire nos ordures,
on ne parviendra pas à une diminution du gisement sauf à la marge.

La campagne veut promouvoir la prévention. C'est une bonne initiative à condition de dépasser les discours consensuels: Par exemple, la « prévention » est en principe en place depuis 30 ans à propos des algues vertes... on sait ce qu'il en est quant aux résultats!

L'association SAUVAL préconise depuis longtemps la perspective « Zéro déchet » comme horizon qui doit conduire la politique de l'environnement. Pour cela, il faut appliquer systématiquement le principe « Pollueur-payeur » en faisant payer le producteur en fonction de sa quantité de déchets, ce qui est loin d'être la pratique actuelle.
Pourquoi ne pas laisser les emballages à la sortie des hypermarchés comme en Allemagne?

La mise en place de la redevance incitative doit être immédiate alors que dans la majorité des situations les collectivités en restent à la taxe appuyée sur la surface habitée..

La population est très sensible à cette question, encore faudrait-il l'associer aux débats, ce qui est l'exception. Le dernier (mauvais) exemple en est donné par les collectivités de l'ex SITOM qui avaient réservé une conférence-débat le 26 novembre aux seuls élus à Poullan sur Mer. C'est à dire que la population n'était pas invitée à donner son point de vue. Qui a peur de la confrontation avec le public.?

Pourtant on ne parviendra pas à améliorer sensiblement la situation sans le concours actif des plus intéressés, à savoir les usagers.L'association SAUVAL qui a été, dans un passé récent,à l'initiative de nombreux débats citoyens ne verrait que des avantages à l'organisation d'un vaste forum ouvert à tous ceux qui sont prêts à apporter leur contribution pour réduire réellement l'ensemble des déchets.

Veuillez noter la tenue de l'Assemblée Générale de la SAUVAL
avec projection d'un diaporama
Vendredi 11 décembre 2009 à 18h30
Salle de la Forge à Confort Meilars